La Petite Allure - Le Cap des 25 ans - Blogueuse mode petite taille - Blog mode petite taille
Los Angeles

Le Cap des 25 Ans

Posted In: #PERSO

Hello hello ! Aujourd’hui un article un peu spécial. Rien à voir avec la petite taille ou la Californie. À l’heure qu’il est, j’ai un an de plus que lors de mon dernier article. Un petit moment sans écrire sur le blog, il s’est passé pas mal de choses ces dernières semaines. La fin de mon année à UCLA approche, et j’étais donc pas mal occupée.

Mais venons-en à ce qui me pousse à écrire cet article. Ça y est, j’ai 25 ans, et je ne vais pas mentir, ça me fait quelque chose. Alors tout le monde nous dira, 25 ans, tu as la vie devant toi. Et ils ont raison ! Mais en même temps, j’ai ce sentiment que quelque chose se passe, et que tout commence à « compter », pas vrai ? Je prends chaque décision avec bien plus de recul et d’attention. C’est l’impression d’être à un tournant d’une certaine façon. Finalement, le vrai premier job que l’on trouve, est celui qui va probablement influencer notre carrière. Le pays, ou la ville dans lequel vous allez accepter ce fameux job, est celui où vous allez probablement rencontrer les personnes importantes qui vont constituer votre vie. Et puis, est-ce qu’on peut parler du côté sentimental aussi ? Avant 25 ans, nos histoires amoureuses, aussi grandioses soient elles ne paraissent pas si risquées. Aujourd’hui je me surprends à penser que la personne que je vais fréquenter à présent, peut potentiellement être celle qui va compter vraiment. Dans ma situation, 25 ans c’est beaucoup d’options, beaucoup de perspectives, en France, en Californie, mais aussi beaucoup de questions ! Enfin ce que je veux dire, c’est que les décisions que l’on prend à cette période vont forcément avoir un impact, de près ou de loin, et ça fait un peu peur je l’avoue. En fait, même si ce n’est pas brutal, c’est l’heure de penser un peu plus à l’avenir et de laisser un peu de notre insouciance derrière soi. Les amitiés se sont transformées, même si on ne s’en rend pas tant compte au jour le jour. Les années collèges, les années lycée paraissent si loin, et un jour vous vous réveillez et ça fait 20 ans que vous connaissez votre meilleure amie

Autre point important, dont j’ai envie de parler : la comparaison ! Avoir des doutes ne suffit pas, voir toutes les personnes autour de nous, celles avec qui on a grandi et suivi les mêmes chemins, choisir pour la première fois des directions différentes que celles que vous envisagez. Et c’est ainsi que naissent les premiers bébés, fleurissent les premiers mariages, les premiers CDI et les premières promotions. Et moi, je suis toujours là persuadée que si c’est la voie normale à suivre, ce n’est pourtant certainement pas ce que je veux. Ça ne l’était pas il y a 3 ans, ça ne l’était pas il y a 1 an et ça ne l’est toujours pas aujourd’hui. Mais aussi sûre de moi que je suis à ce sujet, je n’ai encore aucune idée de comment j’entrevois ma vie à moyen terme, et marcher dans la direction opposée de tout le monde, même si je suis persuadée que c’est ce que je veux, me rend anxieuse. C’est la peur de l’inconnu ! Toutes ces choses que je n’envisage pas pour l’instant, ce sont des choses que j’envisage pour plus tard, et me voilà avec une pression supplémentaire. Jusqu’à présent tout était simple, les objectifs étaient plutôt clairs : réussir à l’école, avoir le bac, obtenir son master, et la suite paraissait logique : obtenir le job tant attendu et devenir adulte. Alors je me suis permise quelques écarts pour trouver ce que je veux vraiment faire, prendre du temps pour moi, vivre mon expérience en Californie. Mais la réalité revient très vite, et une fois le grand jour arrivé, je n’ai jamais autant eu envie de ne pas devenir adulte de ma vie !

Et puis, après les questions tournées vers l’avenir, viennent les questions qui concernent le passé. Ai-je suffisamment profité ? Ai-je fait ce que voulais, ce qui me tenait à cœur ? Ai-je été la personne que j’envisageais ? Ai-je été à la hauteur ? Qu’est-ce que je ferais différemment si j’en avais l’occasion ? Vous commencez à sentir les méninges qui travaillent là ? 🤓

Mais vous savez quoi ? Finalement, je crois que tout va bien. C’est ok de se poser toutes ces questions, c’est si effrayant. Et en même temps, il suffit de se rappeler qu’il n’y a pas de règle et que chacun suit son propre chemin. Je pense que 25 ans, si ce n’est certainement pas vieux, c’est le moment parfait pour faire le point sur tout ce que l’on a accompli, et ce que l’on veut accomplir. Bien sûr qu’il y a des choses que vous feriez différemment maintenant que vous avez ce regard de quelqu’un de plus vieux, maintenant que vous avez vécu tout ce que vous avez vécu. C’est facile de faire la morale et d’imaginer ce que vous diriez à la personne que vous étiez quelques années plus tôt, puisqu’aujourd’hui vous savez ce que vous auriez aimé changer. Mais la grande fierté c’est de prendre de la hauteur et de se concentrer sur ce que vous avez accompli, de ce que vous avez appris suite de vos erreurs, et échecs. Rappelez-vous que si vous êtes heureux(se) aujourd’hui c’est certainement dû à votre propre parcours, pas celui de vos amis (vous savez, ce qui ont choisi d’autres directions ?), pas celui qui semblait logique. Le votre, celui que vous avez construit en suivant vos instincts, et vos envies.

Une fois cette période de frayeur et de doutes passée, je me suis rendue compte que j’étais plutôt fière de mon parcours. J’ai le sentiment d’avoir appris énormément en prenant des routes différentes, en disant oui à beaucoup de choses, et en faisant beaucoup d’erreurs bien sûr. Mais je visualise aussi vers quoi je souhaite aller, et parfois le simple de fait de faire ça, remet les idées en place et permet de répondre à des questions qui paraissent si compliquées. Moralité ? Pas de panique, 25 c’est ok. Il faut juste prendre le temps de l’accepter et de faire le point, de visualiser mais aussi de lâcher prise et de laisser de la place à ce que vous n’aviez pas prévu justement. Il n’y a pas de timing à proprement parlé, le seul timing qui compte c’est celui qui vous convient. C’est exactement ça qui forge votre personne et votre histoire

And guess what !?

Peut-être qu’avoir cette réflexion, ça fait déjà de moi une adulte après tout ?

    Add Comment

    Les Comptes Instagram à Suivre Quand on est Petite